retour accueil
Facebook Youtube

Actualités

 

Retour

Tiré du livre co-écrit par l’archéologue Dominique Berthout et Nicolas Bouland « Carnoux-en-Provence : le vallon du retour »


...
Selon nos recherches en archives, il semblerait que ce four ait appartenu à la famille Barles, la seule de la vallée, de toutes façons, qui ait possédé les moyens et eu besoin d'édifier un tel four. En effet, celui-ci diffère fondamentalement des fosses à chaux, quelles soient plus anciennes ou contemporaines. Ces dernières servaient occasionnellement à des agriculteurs pour fabriquer le peu de chaux dont ils avaient besoin épisodiquement pour amender leurs terres. Les Barles eux, possédèrent une quantité suffisante de terres et un nombre assez conséquent de bâtiments (dont il fallait enduire les murs) pour avoir besoin de passer à une phase pseudo industrielle. Ils décidèrent donc de créer un four ressemblant à ceux qui existaient déjà en d'autres points de la commune de Roquefort (les Nouvelles, route de Roquefort, les Bastides, route de Cassis) et qui avaient une vocation industrielle. En effet, à cette époque, les années 1820-30, Roquefort commence à s'affirmer comme l'un des sites industriels les plus importants de la région...


... ces fours des années 1820-30, là où l'industrie a continué à progresser et à se développer, ont tous disparu. A Carnoux,aucune phase à proprement parler industrielle n'est jamais apparue, et ce four n'a donc jamais été détruit pour être remplacé par un autre, plus moderne.